Dormir dans un Motel, conduire sur des highways à 8 voies et se faire dépasser par des immenses Pick-ups, acheter à manger dans un supermarché un dimanche à 22h ou encore prendre un bagel pour le petit déjeuné, ce sont peut-être des choses qui paraissent simple pour un américain et insignifiantes pour beaucoup d’européens. Mais pour moi, c’est presque un rêve qui se réalise. Il y a quelques mois, j’ai passé un séjour à Miami et à ses alentours. Aujourd’hui, je vous emmène avec moi pour y faire un tour.

Pour une meilleure expérience, chaque article est accompagné d’une musique qui correspond à mon humeur, au thème de l’article ou simplement qui me rappelle le passage d’un film ou d’une série que j’aime bien. Mais dans ce cas, à toi de trouver la référence. Tu peux l’écouter avant ou pendant ta lecture. Aujourd’hui, j’ai choisi une musique de Miami Horror, parce que je trouve que leur ambiance correspond totalement à l’esprit du coin dont je vais parler. En écoutant leurs chansons, j’ai toujours l’impression qu’il fait plus chaud, et j’imagine des palmiers… Cette chanson est un extrait de leur dernier album, que j’aime beaucoup. (À noter que le groupe n’a rien à voir avec Miami, malgré leur nom. Ils sont Australiens)

Si on parle de Miami à quelqu’un, il y a plusieurs types de réactions possibles. Il y a par exemple celui qui trouve ça génial car c’est comme dans les experts Miami et qu’il pense que ce sont les plus belles plages du monde, mais qui n’a aucune idée de ce que l’on peut trouver dans le coin. Il y a aussi le snob qui pense que ce n’est qu’un concentré de touristes et qu’il n’y a rien à voir d’autre que des plages et des boites de nuit. Mais lui non plus, n’y connaît rien.  Personnellement, je faisais partie de ceux qui connaissent le nom, qui savent que c’était prisé, mais qui connaissent mal et cherchent à découvrir. Et je n’ai pas été déçu ! En effet, Miami est une ville pleine de surprises qui s’opposent totalement aux préjugés que l’on peut avoir. Pour vous partager cette magnifique experience, voici mes coups de coeur de ce séjour en 3 points.

Une galerie d’art géante

Ce n’est surement pas l’aspect de Miami le plus connu, et pourtant, c’est celui qui m’a le plus marqué : c’est une ville remplie d’oeuvres d’art. De street art, plus précisément. Dans presque tous les quartiers, on retrouve des façades qui ont été repeintes dans des styles divers et variés. Cela rend un aspect très coloré à la ville : des murs aux tons jaunes, verts ou bleus se succèdent et des fresques abstraites font face à des immenses portraits.

Un simple parking à Little Haïti

Mais il y a un quartier où cet aspect artistique est encore plus présent, puisqu’il n’y a pas un seul mur neutre. C’est sûrement un des coins les moins connus de Miami par les étrangers, et c’est pourtant le plus populaire : Wynwood. C’est un quartier très récent du nord de la ville. Alors à l’abandon il y a de cela une bonne dizaine d’années, les bâtiments se sont transformés en restaurants, cafés, boutiques et autres repères d’artistes. C’est rapidement devenu un coin très branché et on peut le considérer aujourd’hui comme le quartier “hipster” de la ville. C’est donc le genre d’endroits où tu peux croiser Batman se promener dans la rue, ou encore où tu peux jouer à la Nintendo pour patienter chez le coiffeur.

Un petit Mario pour patienter ?

Mais outre cette ambiance très cool que j’ai beaucoup aimé, sa beauté et son originalité sautent aux yeux. Sa dénomination de “capitale du Street Art” est due notamment à Wynwood Walls, une galerie d’art en plein air, mais aussi et surtout car le quartier entier a vu ses murs se faire repeindre par des artistes du monde entier. Ainsi, dès lors que l’on entre dans le quartier, nos yeux sont attirés par toutes ces couleurs et toutes ces formes différentes. Un bâtiment aux tons violets d’un côté, un portrait sur un fond jaune en face et un bâtiment rayé noir et blanc juste à côté. Quand on se balade dans Wynwood, on a envie de prendre chaque mur en photo tellement c’est beau, impressionnant et varié. J’y ai personnellement passé plusieurs heures, et je n’étais pas très heureux de repartir. En réalité, on a une certaine frustration de ne pas avoir tout vu. C’est un quartier qui réserve plein de surprises, on ne sait jamais à quoi ressemblera la prochaine rue ! C’est donc logique qu’il existe plein de choses cachées, c’est pourquoi cet endroit mérite d’être exploré davantage…

Ce qui est certain, c’est que je suis tombé amoureux de ce quartier et c’est l’endroit qui m’a le plus marqué lors de ce voyage, de par son originalité. Si vous souhaitez en découvrir un peu plus, j’en ai fait un article sur Jenare Magazine.

Une vie à l’américaine

Si vous me connaissez un minimum, vous savez sûrement que j’adore les États-Unis et leur culture. C’est un peu pour cela que j’en ai fait le thème principal de ma chaîne YouTube, d’ailleurs. Mais cet amour pour ce pays est simplement dû à mon éducation. Par là je ne parle pas de la manière dont j’ai été élevé, mais de ce avec quoi j’ai grandi. En effet, comme beaucoup d’autres personnes je pense, j’ai grandi avec les films et les séries américaines. Pendant toutes ces années, on m’a montré un mode de vie qui n’était pas le mien. Je ne dis pas qu’il était meilleur, je dis juste qu’il était different et qu’il était plein de spécificités et de caractéristiques marquantes. Ainsi, à peine après avoir mis les pieds sur le sol américain, j’ai eu comme une retrouvaille avec tous les aspects que j’avais vu dans ma télévision depuis mon plus jeune âge. Tellement que l’on passe son temps à dire “c’est comme dans les films !” C’est quelque chose que j’avais connu à New York, mais c’est encore différent dans cette partie des États-Unis, puisque tout le monde le sait, New York est un cas à part. Là, c’est surtout mes passages dans les petites villes qui m’ont donné cet effet. J’ai passé ma première nuit dans un Motel à Florida City, une toute petite ville de 11.000 habitants, la vraie Floride ! Là où le douanier nous a posé des questions car c’était pas habituel comme destination touristique. Là où on se fait réveiller le matin par le V8 d’un immense Dodge RAM arborant un imposant drapeau “Vote Trump”, alors en pleine période électorale. Le genre de scène inconcevable en France ! (Et c’est de même pour les centaines de pancartes Clinton dans le jardin des maisons luxueuses de Coconut Groove à Miami). Donc oui, aux États-Unis, il y a peu de taboo sur les opinions politiques. Cela mis à part, dormir dans un Motel m’a vraiment donné l’impression de vivre dans un film. Ça peut paraître stupide, car c’est quelque chose de très banal, mais le style du bâtiment, l’organisation des chambres, c’est tellement… Américain !

Mais je n’ai passé qu’une nuit à cet endroit puisque j’ai été par la suite logé dans un Airbnb à Hollywood, une petite ville de banlieue au nord de Miami. Encore une fois, l’effet du “c’est comme dans les films” frappe. Non pas seulement à cause des fast-food à chaque carrefour, mais par les choses les plus simples qui font, pour moi, le mode de vie américain. Vivre dans un petit quartier résidentiel, dans une de ces maisons toutes alignées autour de ces grandes allées. Une bonne partie des maisons affichant fièrement le drapeau américain au dessus de la porte, et une berline accompagnée d’un pick-up devant le garage et surtout, des pavillons entourés d’une pelouse parfaite, avec aucune clôture ni barrière.

Ah, et des petits trucs tout bêtes, mais amusants : oui il y a bien des jeunes en vélo qui balancent le journal devant la porte le matin. Les habitants ont des boîtes aux lettres rectangulaires avec un drapeau rouge que l’on relève quand on a une lettre à envoyer, les enfants vont à l’école dans un gros bus jaune et les gens font parfois des vides greniers dans leur jardin. C’est tout bête, et un lecteur américain pourrait se demander pourquoi je trouve cela important. Mais c’est ces petites différences de la vie quotidienne qui font qu’on se sent tout le temps dans un film ou une série télévisée !

Et sinon, pour ceux qui aiment l’Amérique aux hautes Skylines, remplie de magasins et grands buildings de multinationales, alors un tour dans Downtown Miami devrait vous ravir. C’est à la fois le centre historique de la ville mais aussi là où ont poussé les grattes-ciel, c’est en quelques sortes le Manhattan de Miami. Vous ne cesserez pas de lever la tête !

Sur la gauche la Freedom Tower, construite en 1925. Un des plus anciens bâtiments de la ville.

Un mélange de cultures

Bien que la Floride m’ait permis de retrouver la culture américaine telle que je l’imaginais, elle est aussi marquante par son métissage de cultures. Ici, je pense principalement à la ville de Miami, justement. En changeant de quartier, on a l’impression de changer de pays. Cela est dû d’abord au fait que la Floride fut longtemps un territoire espagnol, mais c’est aussi dû à sa proximité avec les îles des caraïbes, souvent assez pauvres. À Little Haïti par exemple, quartier pauvre de Miami, on s’éloigne tout de suite des magasins de luxe de Wynwood ou des villas de South Miami. On retrouve alors des maisons délabrées, des voitures en très mauvais état et des boutiques qui ne payent pas de mine. Les gens ne semblent pas malheureux pour autant, néanmoins, et le quartier inspire tout de même la joie grace à ses nombreuses peintures sur les murs (encore une fois). Mais dans tous les cas, c’est un réel contraste avec les quartiers se trouvant quelques miles plus loin.

Mais effectivement, si l’on veut parler de changement de culture, impossible de ne pas évoquer Little Havana, un autre de mes quartiers favoris de Miami. Lors de la révolution cubaine, les anti-Castro ayant émigré aux États Unis se sont retrouvés dans ce petit quartier de Miami, et ils y ont emmené leur culture avec eux. Au fil du temps la population cubaine à laissé place aux autres populations hispaniques, accueillant des exilés de Honduras ou du Nicaragua par exemple. Ainsi, à peine arrivé dans les environs, l’anglais devient une langue secondaire. Les panneaux sont espagnols, les publicités sont espagnoles et les gens dans la rue parlent espagnol. Ce n’est pas choquant pour autant, puisque Miami a une énorme communauté hispanique et que l’espagnol est presque devenue première langue. Partout dans la ville, ce qui est écrit en anglais est sous-titré en espagnol. Mais là, c’est encore plus marqué, car c’est plutôt l’espagnol qui est sous-titré anglais (voir pas du tout sous-titré). Et puisque je considère que la langue fait partie des dépaysements que l’on ressent en voyage, alors Little Havana donne vraiment l’impression d’être ailleurs.
Mais ce n’est pas tout. Les exilés n’ont pas seulement apporté leur langue aux États-Unis, puisque le quartier est en réalité, comme son nom l’indique, un Cuba miniature. On y retrouve alors la musique, les odeurs, le style des maisons, et même si ça fait un peu cliché, les magasins de cigares tous les trois mètres.

Si comme moi vous avez assez peu de temps, alors un petit tour sur Calle Ocho, (la rue principale et la plus célèbre) vous permettra de vous sentir en plein cœur de la culture latine. On y retrouve par exemple le walk of fame présentant les étoiles de personnalités cubaines et latines, le domino park dans lequel les habitants jouent aux dominos en plein air, ou encore une bonne vingtaine de fabriques et magasins de cigares.

Une ville qui ne dort jamais

Cette fois on s’éloigne des petits quartiers pavillonnaires ou des grands buildings de Miami pour emprunter cet immense pont qui mène à la célèbre ville de Miami Beach. Si elle est peut-être la plus touristique et répond à quelques stéréotypes, elle reste incontournable pour son style mais aussi pour l’ambiance qu’elle offre. De jour, on appréciera l’Art Deco district, une superbe balade entre les différents hôtels des années 30 à l’architecture Art Deco.

Miami Beach est célèbre pour ses magnifiques Hôtels des années 30

Mais dès que la nuit tombe, c’est l’occasion pour ces derniers d’allumer leurs néons et de laisser place aux DJs. C’est donc le moment parfait pour s’offrir une balade sur Ocean Drive, une avenue célèbre et incontournable, qui longe les longues plages. On y trouve encore une fois de nombreux hôtels des années 30 qui se mettent à l’ambiance de la nuit dès le soleil couché. Il y en a pour tous les goûts ! Et que l’on soit fêtard ou non, on apprécie forcément cette ambiance décalée. Par exemple, moi qui y était pendant Halloween, j’ai eu l’occasion de croiser divers zombies et sorcières dans la rue. Oui, c’est plutôt inhabituel, quand on vient de France.

Ocean Drive, encore plus magnifique la nuit

Vous pouvez aussi remonter Lincoln Road, l’ambiance est toujours au rendez-vous. On y trouve ici de nombreux magasins et restaurants, le tout avec de la musique et encore une fois, on peut y croiser des gens assez inhabituels, surtout pendant Halloween… même les chiens sont déguisés ! En clair, Miami Beach, c’est un peu la ville où il n’y a pas de limites. Et ça me plaît !

Donald Trump en pleine balade sur Lincoln Road (et une fille qui a cru que je la prenais en photo)

Mais malheureusement, je ne suis resté que quelques jours. Je n’ai donc pas pu beaucoup m’éloigner, mais si vous en avez l’occasion, ne restez pas uniquement dans le conté de Miami ! Éloignez-vous un peu, louez une voiture et prenez la route. Les plages de Miami Beach sont iconiques, mais si vous voulez vraiment découvrir les belles plages de Floride, allez faire un tour à Key West ! Vous pouvez aussi faire un tour vers les marécages de Floride en allant dans un des nombreux parks des Everglades, où vous découvrirez des paysages bien différents, et parfois quelques alligators… profitez-en aussi, comme moi, pour vous éloigner des coins touristiques et pour découvrir la vie à l’américaine dans les banlieues et dans les autres villes plus éloignées de Miami, là où les Américains vivent vraiment, car selon moi, c’est aussi comme ça que l’on se sent loin de chez soi.

Ainsi, même si ce séjour était court, j’ai eu l’occasion de voir énormément de belles choses et de m’éloigner du quotidien. Un pur bonheur, dû aux découvertes et au dépaysement. Mais ce n’est pas tout, puisque ce voyage en Floride était surtout l’occasion de passer une semaine à la découverte des Caraïbes à bord de l’Oasis of the Seas, un des plus grands bateaux du monde. Mais évidemment, j’aurai l’occasion de vous en parler un peu plus tard… En attendant, je vous laisse faire un tour sur mon Flickr  pour découvrir un peu plus la Floride et les aspects dont je vous ai parlé. Sur ce, je vous encourage vous aussi à partir, peu importe la distance, mais je ne connais pas un bonheur plus agréable que celui que provoque le voyage…

À bientôt !

PS : Pour m’aider à pratiquer l’anglais, une langue que je devrai parler tous les jours d’ici quelques années, j’ai décidé de traduire tous mes articles. Ils auront très probablement quelques fautes, mais ce sera pour moi un parfait entrainement pour mon futur métier et j’espère, si possible, attirer des lecteurs anglophones. Pour les curieux, rendez-vous ici !

Tous mes articles seront disponibles sur Medium une semaine après leur publication sur le blog.

2 comments

Répondre

Article fort intéressant! Tu sembles avoir beaucoup apprécié ces quelques jours à Miami, ça se ressent très fort et je te comprends mon ami. Miami est une très belle ville, les photos le révèlent d’ailleurs très bien. J’apprécie que tu mettes l’accent sur le côté artistique de cette ville, toutes ces fresques sont sublimes et ajoutent un réel charme à tous ces quartiers! Cette ville de nuit, c’est vraiment quelque chose! Je comprends très bien le sentiment que tu as ressentis tout le long de ton voyage, le fait de se sentir comme intégré aux films ou aux séries, ce renouement avec la culture Américaine qui a façonné ton esprit dès le plus jeune âge, je comprends tout à fait. Ce voyage a du être une véritable expérience pour toi et un très bon souvenir! Merci de faire partager cela avec nous, lecteurs.

Ps: Petite faute quand tu évoques le fast food, tu as mis “fast foot”… petite faute d’inattention ou bien c’est volontaire de ta part? C’est quand tu évoques ta nuit dans ce motel typiquement Américain. Détail insignifiant je te l’accorde mais je tenais tout de même à te le signaler 😉

Répondre

Hello. And Bye.

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *