Dans quelques jours, comme tous les ans vous recevrez SMS de personnes que vous connaissez ou non qui vous souhaiterons une bonne année. J’espère pour vous que ces messages vont changer votre vie, mais là n’est pas le sujet. J’ai simplement remarqué que le passage à cette prochaine année allait être un peu différent. En 2013 ou 2014, on évoluait. Mais 2015, c’est quand même très symbolique comme année. Du moins, quand comme moi, on est fan de Retour vers le futur. Lorsque la partie II est sortie, en 1989, les réalisateurs ont imaginé le futur lorsque Marty et Doc voyagent jusqu’au 21 octobre 2015. Évidemment, 2015 est une date plutôt éloignée par rapport à 1989 mais même pour moi, lorsque j’y réfléchis, je me rends compte que même dans mon enfance, nous avions encore un téléviseur à tube cathodique, un vieux PC avec des disquettes ou au mieux des clés USB 128mb lorsque nous étions à la pointe. La technologie était assez avancée puisqu’elle était en fait en plein essor. Pourtant, nos modes de vie étaient complètement différents par rapport à aujourd’hui. Je vais me mettre dans la peau de Robert Zemeckis et Bob Gale qui en 1989, c’est à dire il y a 26 ans, ont imaginé le futur. Et le futur, c’est en fait aujourd’hui.

Dans le futur, la technologie est à son apogée

En 1989, lors de la sortie du film, on était en pleine révolution numérique. Le Macintosh avait 5 ans et Windows 1.0 en avait 4, l’ordinateur personnel s’installait dans les foyers. Cette époque a également été marquée par la naissance d’internet. En ce qui est du téléphone portable, il commencera à se démocratiser dans la décennie suivante. Les réalisateurs ont alors imaginés à quoi ressemblerait un monde rempli de technologie.

Ici, l'homme demande à Marty de signer une pétition sur un espèce d'iPad
Ici, l’homme avec la coupe de cheveux marrante demande à Marty de signer une pétition sur une espèce d’iPad

Ce que Robert Zemeckis, Bob Gale et leur équipe ont pu imaginer du futur devait être épatant pour l’époque, je me souviens d’ailleurs voir réellement un monde futuriste lorsque je regardais le film étant plus jeune, il y a à peine 10 ans, et je me demandais si 2015 allait ressembler à cela. Je ne me pose donc aucune question sur le ressenti des spectateurs dans les années 90. Pourtant, aujourd’hui, le film ne présente plus grand chose d’extraordinaire, finalement.

En 2015, on aperçoit le foyer familial de Marty, le personnage principal. Dans cette maison, on y découvre un peu “la maison du futur”, complètement connectée et remplie de technologie. Il suffit de dire “lumière” et la lumière s’allume. Quelque chose que je n’ai malheureusement pas chez moi, mais que je pourrais avoir. Il suffit de dire “Dis Siri, allume le salon” et paf, la lumière est allumée. Je peux aussi lui demander de régler la température ou encore ce qu’il y a dans le frigo. C’est magique. Bien sûr, ce n’est pas un mode de vie habituel, mais la domotique est quelque chose de réel qui se démocratise de plus-en-plus, la maison du futur est en fait une réalité dans le monde d’aujourd’hui.

Plus tard, lorsque le fils du personnage principal rentre à la maison, il se dirige directement dans le salon dans lequel on trouve une énorme télévision accrochée au mur qu’il commande avec la voix “Je veux les chaînes 18, 24, 63, 109, 87 et la météo” il regarde donc 6 chaines en même temps et ce après avoir éteint Canal Culture. Le réalisateur a peut-être aussi voulu prévoir le niveau intellectuel des jeunes de 2015, mais je ne m’étendrai pas là dessus. Bien sûr, peu de personnes parmi nous commandent leur TV avec la voix, mais c’est possible. Kinect permet de contrôler sa xbox vocalement, et certaines Smart TV possèdent un système de reconnaissance vocal. Les systèmes présents dans nos smartphones en font probablement plus que ce que Zemeckis aurait pu l’imaginer, d’ailleurs.

Sur le même téléviseur, le Marty du futur reçoit un appel vidéo. Quelque chose de probablement surnaturel à l’époque où presque personne ne possédait de téléphone portable. Aujourd’hui, toujours grâce à la xbox ou à certaines Smart TV qui possèdent Skype, on peut communiquer en vidéo sur notre TV, mais aussi n’importe où dans le monde grâce à notre smartphone ou ordinateur. D’ailleurs, dans la scène de la conversation vidéo, j’ai remarqué quelque chose d’amusant : sous le nom de l’interlocuteur, il est écrit toutes les caractéristiques de la personne, on y voit ce qu’il aime manger, boire ou encore les sports qu’il pratique et son orientation politique.

On y apprend que son collègue aime les steaks mexicains, mais pas le poisson tailladais.
On y apprend que son collègue aime les steaks mexicains, mais pas le poisson Tailladais.
Son patron lui, habite au
On découvre aussi l’adresse de son supérieur, ainsi que le prénom de sa femme.

Probablement un petit détail humoristique à l’époque, en imaginant un futur où l’on sait tout sur tout le monde. En attendant, si vous parlez avec un inconnu sur Facebook, vous obtiendrez les mêmes informations sur votre interlocuteur que celles que l’on peut voir dans le film. Je vous laisse réfléchir là dessus.

Enfin, dans la cuisine, on peut apercevoir à nouveau les enfants de Marty autour de la table qui possèdent des lunettes vidéos. Bien qu’aujourd’hui il existe certains casques de réalité virtuelle, on pourrait comparer ces lunettes aux Google Glass qui vont probablement se développer dans l’avenir, ou tout simplement aux smartphones. Bien sûr, il aurait été difficile d’imaginer exactement les smartphones, puisque les téléphones portables n’existaient pas encore. En revanche, l’idée des lunettes vidéos vient tout de suite en tête. Nous vivons dans un monde où n’importe où et n’importe quand, nous avons un écran sous les yeux et nous avons accès à n’importe quelles informations. Accessoirement on peut même téléphoner.

Et les merveilleux repas conviviaux où les plus jeunes ne lâchent pas leur téléphone.
Et les merveilleux repas conviviaux où les plus jeunes ne quittent pas les yeux de leur écran.

Nos doigts sont devenus des clés

Plusieurs fois dans le film, on retrouve plusieurs systèmes de reconnaissance d’empreintes digitales, notamment pour ouvrir les portes. Évidemment cela ne représente pas la réalité puisque très peu de personnes ouvrent leur porte avec leur doigt, cependant, pour quelques centaines d’euros, vous pouvez obtenir une serrure biométrique. Évidemment le meilleur exemple dans ce domaine, c’est bien évidemment l’iPhone et Touch ID qui permet de déverrouiller son téléphone, acheter sur internet ou remplacer les mots de passe. Les lecteurs d’empreinte s’installent petit-à-petit sur les autres smartphones et cette technologie annonce que ces systèmes feront de plus en plus parti de notre quotidien.

Ici, le personnage règle le taxi avec son doigt. Lorsque Apple Pay et ses concurrents seront développés, nous réglerons nous aussi nos paiements avec nos doigts.
Ici, le vieux Biff règle le taxi avec son doigt. Lorsque Apple Pay et ses concurrents seront plus développés, nous paierons nous aussi avec nos doigts. D’ailleurs, beaucoup d’américains le font déjà !

On aime le rétro

Si on va manger au Hard Rock café, au Memphis Coffee, ou dans d’autres restaurants et bar rétros, c’est parce que l’on aime les années 50, 70 ou 80 et que ces époques sont très différentes de la nôtre. Car chaque époque représente un style de vie, cela devient de plus-en-plus à la mode de vouloir revenir en arrière le temps d’un repas.

Screen Shot 2014-12-28 at 8.20.59 pm
Le bar rétro typique tel qu’on le connaît aujourd’hui, en accrochant au mur tout ce qui a marqué la décennie. À l’époque du film, c’était des éléments d’actualité.

Un peu avant, on pouvait voir un magasin qui vendait des pièces antiques. Ce qui était plutôt humoristique à l’époque puisque ce magasin vendait des choses actuelles. On peut apercevoir un Macintosh, un aspirateur sans fil, des bouteilles de Perrier, un fer à repasser, un vieux téléviseur… Mais effectivement, en 2015, c’est “antique”. Très peu de personnes boivent encore dans des bouteilles en verre, les électroménagers ont bien évolué depuis, et un Macintosh est quelque chose extrêmement rare qui se vend quelques milliers d’euros.

Screen Shot 2014-12-28 at 3.28.28 pm
Ils vendent même des K7 des Dents de la Mer… La parfaite pièce antique.

Pourquoi j’ai voulu écrire cet article ?

D’abord car j’adore ce film, je voulais faire un genre de liste montrant ce que l’équipe du film avait pu en quelques sortes prédire. Mais c’est surtout une réflexion sur le monde dans lequel on vit. En peu de temps, notre mode de vie a complètement changé, et même si l’on a du mal à s’en rendre compte, l’image que l’on avait du futur est en fait notre époque. Bien sûr, nos voitures ne volent pas encore même si elles sont très avancées, on ne communique pas par hologrammes même si cette technologie existe, les robots ne sont pas encore devenu nos amis même s’ils passent déjà l’aspirateur et on ne fait pas encore nos courses sur la lune. Et puis, on ne porte pas nos pantalons à l’envers avec des casquettes multicolores, mais certains font des ourlets jusqu’aux chevilles et portent des casquettes remplies de feuilles de cannabis. Mais lorsque l’on regarde ce à quoi devrait ressembler le futur, la plupart des choses se font aujourd’hui. Même Futurama qui se passe durant l’an 3000 et dont la première saison date de 1999 prédit des choses qui sont déjà dépassées.

On peut se donner rendez-vous le 21 octobre, car on a encore presque un an pour faire voler nos voitures et pour que les Cubs battent l’équipe de Miami (qui a finalement vu le jour, elle aussi) !

Quitte à choisir, je préfère celle qui ne vole pas.
Quitte à choisir, je préfère celle qui ne vole pas.

Sur ce je vous souhaite une très bonne année, et bienvenue dans le futur !

MÀJ du 21 octobre 2015 : Marty et Doc débarquent enfin dans le futur, mais là où ils vont, ils ont toujours besoin de route.

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *